Nouvelle programmation artistique pour la salle Pleyel

Les tensions sont vives depuis plusieurs mois quant à l'avenir de la salle Pleyel. De nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer le projet de la Cité de la Musique qui vise à céder l'exploitation de la salle et à changer sa programmation artistique.

Alors que la Philharmonie vient d’être inaugurée en ce début d’année 2015, l’avenir de la salle Pleyel reste encore flou. Les débats sont notamment âpres autour de la question de la programmation musicale et de la place de la musique classique dans les prochains concerts. Retour sur une année agitée pour la salle presque centenaire.

 

Pleyel au cœur d’une bataille juridique de plusieurs mois

 

Inaugurée en 1927, la salle Pleyel est l’unique auditorium spécifiquement construit pour la musique symphonique dans la capitale. Véritable temple de la musique classique, cette salle a accueilli de grands noms de la musique classique comme Ravel ou Stravinski. Mais ce lieu mythique a connu des derniers mois agités avec une bataille juridique féroce autour de sa reprise.


Propriétaire de la salle depuis 2009, la Cité de la Musique a lancé un appel d’offres fin mai 2014 afin de trouver le futur exploitant. Dans l’avis de marché, il était cependant clairement stipulé que cet exploitant devrait prendre en charge « l’accueil et l’organisation de spectacles et de concerts de musique populaire de qualité […] dans le respect du cadre et de la vocation du lieu ». « La programmation ainsi définie exclut tout concert ou spectacle de musique classique quel qu'en soit la forme (concert symphonique, récital, musique de chambre, opéra, etc.) y compris dans le cadre de manifestations à vocation commerciale ou de manifestations à vocation non commerciale (mécénat, soirée de bienfaisance, etc.) ». Cette dernière décision de la part de la Cité de la Musique d’écarter ce qui faisait le prestige de la salle Pleyel suscite un véritable tollé.

 

Une pétition lancée par la mairie du 17e arrondissement de Paris est en ligne pour contester l'interdiction de jouer de la musique classique à la salle Pleyel.

La salle Pleyel ©Andres Praefcke

 

Beaucoup de personnes remettent en cause cette décision en avançant l’héritage historique de la salle et le risque de voir le public habitué de Pleyel, majoritairement issu de l’ouest parisien, délaisser la nouvelle enceinte située porte de Pantin. Pour la Cité de la Musique et son directeur Laurent Bayle, cette obligation se justifie par le souci de bonne gestion des finances publiques, le renouvellement de l’offre musicale parisienne et par la volonté d’accueillir un plus large public pour ces concerts de musique symphonique.



Ces derniers mois, l’avenir de l’enceinte s’est joué également devant les tribunaux puisque l’ancienne directrice générale et artistique de la salle Pleyel Carla-Maria Tarditi conteste depuis 2009 la vente de la salle à l’État. Elle a notamment démarré une procédure judiciaire contre l’appel d’offres lancé par la Cité de la Musique en mai 2014. Après une première décision du tribunal de commerce entraînant le gel de la concession de la salle. La Cour d’appel de Paris a finalement infirmé ce jugement en décembre, ce qui a permis à la Cité de la Musique de trouver rapidement un nouvel exploitant.

 

Quels spectacles pour quel public ?

 

Quelques semaines après cette décision juridique, c’est Marc Ladreit de Lacharrière, via sa holding Fimalac, qui a remporté cette convention d’occupation du domaine public de la salle Pleyel début janvier. Grâce à une offre financière plus attractive que ses concurrents, cette holding va gérer sur 15 ans toute la programmation artistique du lieu. Près de 165 concerts seront donnés chaque année.

 

Concerts de variété, jazz, one-man show ou spectacle de danse contemporaine, la salle Pleyel va connaître des changements majeurs quant à sa programmation artistique. Ce virage pris par la direction de Pleyel n’est cependant pas accepté par de nombreuses personnes dont la maire UMP du 17e arrondissement Brigitte Kuster et son adjoint chargé de la culture Bertrand Lavaud. Ces derniers ont lancé une pétition demandant à la Ministre de la Culture Fleur Pellerin de lever l’interdiction de présenter des concerts de musique classique à Pleyel. Arguant l’histoire de la salle et son héritage artistique, cette pétition souligne l’importance de la musique classique dans la longue existence de cette enceinte connue mondialement. Beaucoup de personnalités ont rejoint ce mouvement de grogne comme l’historien Franck Ferrand ou le directeur musical de l’Orchestre Colonne Laurent Petitgirard et à ce jour, plus de 11 000 personnes ont déjà signé cette pétition.

 

La Philarmonie de Paris va-t-elle remplacer la salle Pleyel dans le coeur des habitants de Paris 17?

La grande salle de la Philharmonie de Paris©Jean-Pierre Dalbéra

 

Outre ce sujet clivant de la musique classique à Pleyel et de la concurrence possible avec la Philharmonie, il est important de poser la question des publics. Si la Philharmonie souhaite augmenter la venue de familles et de personnes moins habituées aux concerts de musique symphonique, la salle Pleyel va connaître un public forcément différent de celui qui a arpenté ses couloirs durant des décennies. Les amateurs de musique classique habitués de la salle Pleyel sont-ils prêts à découvrir l’œuvre architecturale située dans le 19e arrondissement ou bien vont-ils privilégier le nouvel auditorium de Radio France ? La future programmation va-t-elle permettre de façonner un nouveau visage à cette enceinte mythique ? Seuls les mois prochains répondront à ces questions mais force est de constater que les tensions sont vives à l’approche d’échéances cruciales pour l’avenir de cette salle prestigieuse et plus généralement, pour le développement de la musique classique à Paris. 

 

Pascal Arroyo

Partager cet article

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.
Poster un commentaire
Les champs ayant une étoile (*) sont obligatoires.