Facebook installe un laboratoire d'intelligence artificielle à Paris

Facebook débarque à Paris ! Et oui, le troisième laboratoire d’intelligence artificielle débarque dans la capitale avec six membres à son actif. L’équipe devrait même considérablement s’élargir d’ici la fin de l’année. On s’explique…

Facebook débarque à Paris

 

Mark Zuckerberg aime la France et surtout Paris. Le créateur du réseau social Facebook mondialement connu aux 1,4 milliards d’utilisateurs a annoncé la semaine dernière, l’ouverture d’un laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle au sein même de la capitale. 

 

Et sur ce coup-là, Paris est une ville chanceuse puisqu’elle est seulement la troisième à accueillir un laboratoire comme celui-ci. Les deux autres sont toutes deux situées en Californie et à New York aux États-Unis. Le laboratoire aura pour mission de développer des domaines comme le traitement automatique du langage, la reconnaissance du langage ou encore la reconnaissance d’images.

 

Facebook installe un laboratoire d'intelligence artificielle à Paris

 

Pourquoi Paris ?        

  

C’est le moment où vous nous posez la question ultime : pourquoi Paris ? Mike Schroepfer, directeur technique de Facebook nous répond : "Nous avons choisi Paris pour sa concentration de talents dans le domaine de la recherche en informatique et en intelligence artificielle avec lesquels nous voulons travailler. Affiner la reconnaissance d'images permettra de donner aux internautes toutes les infos qu'ils veulent, de les trier en fonction de leurs centres d'intérêt."

 

Et c’est un français, Yann LeCun, spécialiste de l’intelligence artificielle à l’Université de New York qui sera aux commandes du laboratoire. Recruté à la fin de l’année 2013 par Facebook, Yann LeCun a précisé que la reconnaissance d’images permettra « d’éliminer les spams et, à terme, les vidéos violentes ».

 

L’équipe Fair (Facebook artificial intelligence research) de Paris est déjà constituée de six membres et sera dirigée par Florent Perronnin qui a précédemment mis son talent à contribution des laboratoires Panasonic en Californie et des laboratoires Xerox à Grenoble.

 

Et Facebook ne compte pas s’arrêter là, l’équipe devrait s’agrandir au nombre de douze d’ici à la fin de l’année et devrait travailler avec 40 ou 50 doctorants et post-doctorants ainsi que 20 ou 25 chercheurs permanents.

 

 

Charlotte Canonne

Partager cet article

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.
Poster un commentaire
Les champs ayant une étoile (*) sont obligatoires.